Paroisse d'Elven

Annonces paroissiales

Si vous ne voyez pas d'annonce ci-dessous, vous trouverez les feuilles d'annonces de la semaine à l'église de votre paroisse. Voir aussi la rubrique "dates à retenir" et "infos jeunes".

Dimanche 19 novembre 2017: vente de gâteau à la sortie de la messe (journée nationale du secours catholique)

Dimanche 15 octobre 2017: repas paroissial 

Dimanche 1er octobre 10h45: messe de rentrée paroissiale avec accueil du nouveau curé.

Elven - Eglise Saint-Alban

Après l'invasion des Normands qui brûlèrent la prmeière église, probablement en bois, Even d'Elven construisit, en 1121, une église romane qui dura jusqu'en 1525, où elle fut détruite par un incendie.

L'année suivante, le recteur, Bertrand Quifistre, seigneur de Kerleau, bâtit l'église gothique dont il reste le choeur, classé par les Beaux-Arts. Son frère René bâtit la nef en 1536. En 1642, Yves Audic la dote d'un clocher.

L'édifice menaçant ruine en 1868, Jacques Fresche s'attaque à la reconstruction du transept et de la nef actuelle, couronnée par le clocher terminé en 1877. L'église a été consacrée le 22 septembre 1879.

Le choeur polygonal a pu être conservé dans le nouveau bâtiment. Des sculptures de l'anienne église ont été, en 1875, incorporées dans la nef actuelle.

A remarquer : La porte sud (anvien enfeu), porte nord dans un grand arc en plein cyntre à tympan plein, les grosses colonnes engagées, les sablières à têe d'anges, enduits polychromes, une fontaine-crédence et armoire aux vases sacrés. Une double rangée de colonnes ajoute à la nef une allure de cathédrale. Les vitraux, statues de bois, le chemlin de croix en bronze sur ardoise, et l'orgue sont aussi à découvrir dans le détail.

Chapelle Saint-Clément, au village de ce nom

La chapelle et la croix monolithe située dans le placître sont inscrits aux Monuments Historiques par arrêté du 24 octobre 1973. La chapelle Saint-Clément remonte au >N'm' siècle. Sa façade, épaulée par deux contreforts, est percée d'une porte en arc brisé. Les rampants sont prolongés par un petit clocher qui abrite une cloche sous une arcade en plein cintre. Sous ses aspects dépouillés, la chapelle renferme deux statues de saints, un retable, et de belles fresques des XVème et XVIème siècles. La chapelle a reçu un toit, une voûte et des vitraux neufs de 1975 à 1978. Les restes des vitraux d'origine ont été amalgamés dans la lucarne de la nef. Le soubassement rectangulaire de la croix de Saint-Clément en appareil irrégulier, porte une table épaisse formant saillie dans laquelle s'encastre la croix proprement dite. C'est un monolithe d'un mètre cinquante de haut, taillé dans le granit du pays. Il a pour seul décor, à son revers, cinq cupules à peine visibles qui évoquent les cinq plaies du Christ. Troisième successeur de Saint-Pierre, Saint-Clément a été déporté en Crimée, dans une carrière. Saint-Clément a écrit sa lettre aux Corinthiens pour les exhorter à l'unité, et a été précipité dans la Mer Noire, une ancre au cou, en l'an 100 sous Domitien.

Chapelle Sainte-Anne, bourg

La chapelle Sainte-Anne a été bâtie à Ker-Anna de 1900 à 1902, à l'initiative du recteur Gauvin. L'édifice néo-gothique est pourvu d'un remarquable pignon. A ses pieds, une porte surmontée d'une accolade avec fleuron reposant sur des pilastres à pinacles fleuris. Un clocher « cornouaillais » s'élance dans le ciel, prolongé d'une flèche cantonnée de petits gables et de gargouilles.
Les vitraux retracent l'histoire de Sainte-Anne. Celui du chœur présente, dans le cadre de l'église et des Tours, les personnalités du temps et les donateurs, dont Monsieur de Charrette en zouave pontifical. On sait qu'à l'appel de Pie IX quatre frères de la famille devaient s'engager dans cette armée, dont le Général de Charrette qui demanda à se faire enterrer parmi ses collègues. tués aux batailles de Patay et Loigny par les Prussiens.

Chapelle Saint-Christophe, au village de ce nom

La chapelle (XVème - XVIème siècle), dont la toiture s'était écroulée en 1928, a été raccourcie et bien restaurée. Elle a reçu le vitrail de la Pentecôte prélevé de l'église lors de la restauration de 1975. Une stèle antique, placée dans l'ancien cimetière de la chapelle, était naïvement appelée « tombeau de St Christophe. jusqu'en 1842. Il s'agit en fait d'une borne militaire d'origine gallo-romaine gravée de la dédicace suivante "Au grand empereur César Aurélien tribun puissant et invaincu". Cette stèle a été placée au musée polymathique de Vannes. La croix de St Christophe date des IXème - Xème siècles.
croix monolithique a été mise au jour au cours d'un labour. Une découverte qui permet la reconstitution de ce monument mesurant plus de deux mètres. Légèrement pattée, cette croix, à la base chanfreinée, remonte à une période très ancienne.
Né païen au Liban [Pays de Canaan) St Christophe fut converti par l'évêque d'Antioche St-Babylas et mit sa force au service de ses frères, comme Jésus le demande à ses disciples. Il meut martyr en 250. St Christophe est invoqué pour la protection des voyageurs. On le représente passant la rivière appuyé sur un tronc d'arbre et ployant sous le poids de l'Enfant-Jésus tenant en sa main le globe du monde.

Chapelle Saint-Germain, au village de ce nom

La chapelle actuelle datant du XVIème siècle est un édifice relativement important. Construit en simple appareil, son pignon est percé d'une porte en plein cintre, ornée de moulures qui s'appuient sur deux colonnettes à pinacle fleuri et d'une fenêtre en arc brisé que décore un vitrail.
Au sommet de la chapelle culmine un clocher en bâtière abritant une cloche sous une large arcade. Sablières et vitraux portent les blasons des familles nobles de la paroisse sur les sablières de l'intérieur, l'écusson des Rieux à 9 besants, et au vitrail de chevet, 5 écussons, dont plusieurs peuvent provenir de l'église paroissiale. Outre une statue de St Germain, restaurée, provenant de l'église, la chapelle est ornée de boiseries dont une balustrade datant de 1784. Toiture et voûte ont été refaites en 1972 et 1977. Dernièrement y ont été découvertes des traces de peintures murales anciennes. Sur l'un des côtés de la chapelle se trouve un sarcophage connu sous le nom de « tombeau de St Germain ». Long de 2 mètres, il a longtemps attiré les pèlerins souhaitant guérir leur fièvre.

Chapelle de Camarec, au village de ce nom

La chapelle actuelle, érigée en 1830 comme le signale l'inscription sur la porte, succède à une première chapelle. Celle-ci, située sur le terrain qui domine la fontaine, fut vendue comme. bien national »à la Révolution et démolie par son propriétaire. Les habitants la reconstruisent, à leurs frais, sur le« raker », terrain commun situé à l'entrée du village.
Depuis 1972, toiture et voûte ont été refaites, les murs décapés, le chœur réaménagé : la table de l'autel provient de la chapelle de la
Madeleine et les vitraux de l'église paroissiale. Ils représentent Ste Anne, St Joachim et St Paul.
La chapelle est dédiée à la Vierge sous le vocable de Notre-Dame de la Clarté, et appelle, par cette invocation, un pèlerinage destiné aux personnes souffrant d'une mauvaise vue. La chapelle de Camarec est le centre d'un pardon le 15 août.
La fontaine de Camarec, construite au XVI''''' siècle et restaurée en 1975. a la forme d'un petit oratoire ouvert sur trois côtés. Les Linteaux en anse de panier supportent un entablement mouluré, coiffé d'une pyramide avec son en son sommet une croix métallique.